Nouvelles technologies & distribution des produits de santé

November 16, 2018

Cette présentation montre comment les risques d’altération du capital qualité des produits de santé thermosensibles peuvent être maîtrisés grâce à l’utilisation des nouvelles technologies : objets connectés et analyse des données. Un exemple de dispositif de surveillance du respect de la chaîne du froid est présenté. Les conditions et perspectives d’utilisation de ces technologies sont discutées.

Avec l’augmentation des normes, en France comme à l’international, sur la distribution, le transport et la préservation des produits de santé, apparaît une augmentation similaire du besoin de technologies assurant le respect de ces normes et leur maîtrise.

Dans le secteur des produits de santé, les aléas des conditions d’approvisionnement et les pertes de maîtrise induites, notamment dans la chaîne du froid, peuvent nuire à la qualité du produit, empêchant donc sa commercialisation ou son utilisation avec un coût sociétal et économique important.

Aujourd’hui, comment les nouvelles technologies peuvent-elles prévenir l’impact de ces aléas et éviter des pertes ?

Risques liés au capital qualité des produits de santé périssables

Un produit périssable est composé d’un ensemble complexe de valeurs internes (composition, propriété fonctionnelle, salubrité, etc.) et externes (disponibilité, éthique, etc.). Ces valeurs sont potentiellement altérables, c’est-à-dire que le capital qualité (éventuellement normatif) de ces produits peut être corrompu dans certaines conditions de fonctionnement des chaînes d’approvisionnement (transport, stockage, manutention, distribution) lors des pertes de maîtrise des facteurs de contrôle comme la luminosité, l’humidité et au premier rang la température.

Ainsi, dans le cas des produits de santé péris-sables exigeant des températures contrôlées comme les vaccins, des excursions de température répétées et importantes ont des conséquences sanitaires(diminution de l’efficacité cumulative, permanente et irréversible), sociétales (manque de disponibilité des produits, gaspillage) et économiques (remplacement des vaccins perdus, frais de personnel et transport spécialisé) pour tous les acteurs.

Une maîtrise possible par les nouvelles technologies

Quel rôle pourraient donc tenir les nouvelles technologies pour remédier à ces problèmes ?

Avec un développement de services à bas coût et simples d’utilisation autour des objets connectés et de l’analyse de données, il est possible de proposer aux opérateurs l’ensemble des informations concernant les produits sensibles, l’historique des impacts subis en relation avec leur traçabilité, améliorant ainsi la confiance de tous en leur capital qualité.

Deux types d’informations clefs peuvent être restituées :

- le suivi du capital qualité des produits de santé sensibles fondé sur la quantification des impacts associés aux pertes temporaires de maîtrise jusqu’à leur usage,

- l’évaluation de la performance des chaînes d’approvisionnement du froid par des analyses statistiques, et leur traduction en perte économique éventuelle.

Ces nouvelles technologies permettent ainsi de renforcer la maîtrise des produits de santé périssables.

Exemple : application de surveillance et maîtrise d’une chaîne du froid

La figure 1 montre le déploiement d’un ensemble de technologies nouvelles pour la gestion des produits de santé périssables. Le dispositif permet de suivre l’état des produits sur un smartphone.

Cold chain, the benefits of new technologies in the distribution of health products

Cela commence par des capteurs thermiques/émetteurs placés au contact des produits ou des lots de produits, qui transmettent leurs données métrologiques vers des serveurs.

Ceux-ci vont dans un second temps transformer ces données en informations utilisables par les opérateurs, en :
- analysant les données en temps réel et transmettant des alertes en cas d’excursions de température par exemple,
- modélisant les pertes de capital qualité des produits concernés.

Le dispositif, enfin, envisage en retour une mise à disposition simple et intelligible du résultat en utilisant les technologies mobiles avec une richesse informationnelle adaptée à l’opérateur (par métier, fonction, responsabilité).

L’atout d’un tel système est de permettre de réduire les pertes par de l’anticipation et cela en temps réel. Il est même envisageable, sur la base de ces serveurs et dispositifs de simulation, de fournir des systèmes experts d’aide à la décision, interactifs, permettant des actions correctives des dérives déjà constatées. La démonstration d’une telle fonctionnalité existe déjà sur une taille réduite. Les progrès récents des systèmes de gestion et analyse de données massives(big data) permettent d’envisager le déploiement à grande échelle.

Quels acteurs pour quels bénéfices ?

A priori tous les acteurs de la chaîne du froid des produits de santé périssables sont susceptibles de s’intéresser à ces technologies.

Si le rythme de déploiement de telles solutions pourrait comme souvent surprendre, la logique d’adoption devrait cependant concerner prioritairement les opérateurs fortement régulés (certains laboratoires d’analyses, les centres de transfusion sanguine, les fabricants de vaccins) et les entreprises de logistique médicale et de logistique de produits biomédicaux, voire certains logisticiens et transporteurs internationaux généralistes.

On peut aussi déterminer les opérateurs concernés en s’appuyant sur la nature de leurs besoins qui sont couverts par ces technologies. Comme :
- garantir la maîtrise des températures (par exemple15-25 °C, + 2/+ 8 °C) en conformité avec la règlementation et les normes,
- créer et maîtriser des chaînes logistiques,
- sécuriser l’approvisionnement et la distribution de produits stratégiques (par exemple sang, vaccins),
- former des opérateurs à la maîtrise des lots de produits de santé.

Les acteurs qui déploieront de telles solutions en tireront des bénéfices économiques réels.

D’une part, par la baisse des coûts :
- le ratio maîtrise/coût de tels systèmes est largement optimisé par rapport aux anciens systèmes d’information,
- les marges augmentent par la baisse importante du coût de la non-qualité.

D’autre part, par l’accroissement des volumes de services ou de production :
- la réduction des pertes de produits,
- la possibilité d’implantation de produits à haute valeur dans des marchés émergents.

Enfin, les bénéfices sont aussi sociétaux : amélioration de la santé publique, plus grande disponibilité des produits et réduction du gaspillage.

Conclusion

Ainsi, le déploiement de ces nouvelles technologies dans la distribution des produits de santé périssables est à même de combler les besoins de maîtrise de nombreux opérateurs du secteur avec des conséquences bénéfiques à la fois économiques et sociétales. Il reste cependant un écueil à contourner pour les opérateurs, celui des compétences nécessaires pour mettre en œuvre de telles approches : techniques (métrologie, télécommunication, simulation numérique, analyses statistiques et big data, traçabilité unitaire, interfaces utilisateurs) et de maîtrise d’œuvre de systèmes complexes. Cela ouvre la voie à des acteurs spécialisés de conseil et ingénierie couvrant l’ensemble de cette chaîne de valeur.

Intéressé pour en savoir plus ?

Contactez-nous

Les autres articles recommandés

La 5G, éthique et nouveaux cas d'usage

Vous avez probablement déjà entendu parler de la 5G et son déploiement. Mais..

Continuer la lecture

Maitrisez la chaine du froid des fruits et légumes frais

Les chaines d’approvisionnement alimentaires mondiales sont confrontées à d...

Continuer la lecture

Nouvelles technologies & distribution des produits de santé

Cette présentation montre comment les risques d’altération du capital qual..

Continuer la lecture